Lacropte : Un village du Périgord face l'impôt (mars 1789)

 

 

UNE paroisse au cœur du paréage à
l’heure des doléances

 

      
La paroisse de Lacropte

est une de celle qui a été le plus citée avec celles de Cendrieux ou de
Ladouze. Elles connaissent le statut commun d’être inclues dans la seigneurie
des d’Abzac de Ladouze l’une de celles ou le mouvement d’opposition au paiement
de la rente prend le plus d’ampleur.

      Le cahier de Lacropte présente en outre
l’intérêt de répondre à la question de l’heure celle de lafiscalité. Le
raisonnement classique s’appuie

1/ sur l’estimation des revenus
à partir des conditions naturelles la dîme .Ici la conséquence de la pauvreté
est évoquée de manière plus originale  par l’obligation d’émigration  pour « métayer » ou la nécessité
d’une activité complémentaire

2/Sur les charges : rentes
seigneuriales au seigneur et au chapitre.

3/démonstration de la pauvreté
par la faiblesse du produit décimal qui conduit le chapitre à abandonner la dîme
+150 livres pour se dispenser du paiement de la congrue. En fait les procès
intentés par les curés aux gros décimateurs a souvent abouti à ce type de
situation. A ceci près que c’est à l’issue du procès perdu que les gros
décimateurs en sont arrivés à cette issue !

4/Enumération des biens de ceux
qui sont dispensés de participer a la somme sie la paroisse paye en
rentes : les nobles (seigneur de Sanilhac) et les habitants de Périgueux
bénéficiant du statut de « bourgeois (voir chap 1-2)

5/effets de l’inclémence du
temps et les fameuses gelées si dures qu’elles gèlent la ressource de
substitution pour l’alimentation : le châtaignier.

6/l-autre thème abordé est celui
de l’iniquité des modes de prélèvement. On en trouvera une explication
éclairante a la fiche « Mémoires sur le Périgord de 1789.

     On sait déjà combien il faut être prudent
dans la lecture de ces  cahiers. Celui-ci
présente l’avantage de montrer la paroisse 
devant ses obligations fiscales. On voit bien la double opposition aux
privilèges de la noblesse d’une part, des villes de l’autre et comment on
distingue dans le clergé le cas di curé auquel on ne conteste pas la dîme parce
qu’en période de grande difficulté on obtient généralement qu’il s’acquitte de
son obligation  d’aide aux pauvres à
laquelle il peut difficilement échapper s’il est décimateur, ce qui n’est pas
le cas du chapitre.

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

LACROPTE

Les habitants de la
paroisse de Lacropte ont l’honneur de représenter à VM que leur paroisse est
située dans le plus mauvais pays du Périgord, qui est couvert de bruyères,
ajoncs et brouchailles (sic), qu’elle est immense par sa contenance, qu’elle a
pour le moins deux lieues de longueur sur une grande lieue de largeur, qu’il
n’y a pas la 40° partie de la paroisse en travail et que la majeure partie des
habitants, las de semer leur terrain sans pouvoir récolter ont été d’obligation
de quitter leurs fonds et d’aller métayer dans d’autres paroisses que les
collecteurs de leur paroisse sont d’obligation de  perdre plusieurs taux de taille faute  de trouver des revenus pour payer des impositions,
presque toute la paroisse a été d’obligation ne pouvant vivre dans ses biens à
cause de la stérilité, de se mettre du métier de faiseur de panier et de crible,
que d’ailleurs ils sont chargés de rentes très fortes qu’ils payent au Sgr
marquis de Ladouze, que le chapitre cathédral de Px est gros décimateur de leur
paroisse, que ce qui prouve la pauvreté et le peu de revenu de leur paroisse
est que Messirere Pierre Duteil, leur curé et vicaire perpétuel de leur
paroisse a traité avec  le chapitre pour
avoir toute la dîme de la paroisse, moyennant la sonne de 150Livres ,
qu’indépendamment de cela, le chapitre a des rentes dans la paroisse, que le
curé de Ladouze possède en leur paroisse une garissade  (sic : taillis de  chênes)appartenant à la cure de Ladouze, que
le Sieur Dartensec de la Faurie  y possède quantité de taillis et de
garissade, que le  Seigneur  de Sanailhac, conseiller  à la cour des aides de Bordeaux x y possède 3
corps de métairie et une réserve considérable

Que François
Rafaillac, Sieur de Fontroubade, bgs de Périgueux y possède 6 corps de métairie
exploitées par 6 paires de bœufs sans en ce comprendre une réserve et des près
considérables

Que le curé de
Montagnac la Crempse
y possède un domaine appelé de l’abîme exploité par 3 paires de bœufs

Que le Seigneur de Ladouze y possède taillis et garissades

Que tous les susnommés
en vertu de leurs prérogatives jouissent sur tous les fonds sans cotiser
personnellement

Que cependant tous ces objets forment a peu près 1/12° des fonds de la
paroisse

Nous exposons, ce qui
est la pure vérité que la gelée de 1766 nous a gelé nos bois châtaigniers, que
celle de l’année 1788 a fini de nous les dévaster de façon que c’était notre
principal revenu et qu’ayant cette espérance pour vivre, nous nous voyons à la
veille de mourir de faim, la grêle pendant plusieurs années, de même que la
ravine ns ont emporté non seulement le revenu mais encore nos terres, la misère
a été cause que nous n’avons pu nous procurer les rôles de la paroisse pour
prouver au roi les surcharges que nous avons éprouvées et que nous éprouvons
tous les jours. Nous sommes imposés la présente année pour tailles, impositions
militaires capitation et 10° à une somme de 3102 livres,5sols 6deniers.Nous
avançons et mettons en fait que depuis 30 ans nous avons été augmentés de la
moitié malgré toutes les pertes que nous avons essuyées et les verbaux que nous
avons fait faire, nous n’avons eu aucune diminution. Nous croyons qu’il serait
à propos que tous ces MM de la bourgeoisie de Px et autres qui possèdent des
biens dans notre paroisse fussent cotisés à proportion des fonds qu’il y
possèdent et celle en diminution du tiers état. Serait-il à propos que le
chapitre de Px garde à lui les 150L qu’il retire de notre curé. Ne vaudrait-il
pas mieux que ces MM qui nous sont inutiles fussent privés de cette somme et
qu’au contraire cela fut employé au soulagement des misérables de cette
paroisse en déduction de leurs impositions. Nous ne pouvons que nous plaindre
des surcharges qu’on ns a imposées, soit pour la taille , impositions militaires,
capitation et 20°, encore du contrôle des actes, pour lequel droit pou le peu
des actes que ns avons à passer, on nous vole c'est-à-dire les commis
impunément .Les huissiers aux tailles nous prennent chaque année pour les frais
de recouvrement au moins une somme de 92 L. C’est une surcharge. Ne serait-il
pas mieux que dans chaque paroisse que nous fussions cotisés par un seul et
même rôle et pour une cotte payable quartier par quartier de cela par compte,
que le préposé fût d’obligation moyennant une gratification de faire parvenir
l’imposition des paroisses dans les coffres du roy. Pour lors point de
receveurs ni d’huissiers aux tailles et le roi profiterait d’environ
60000L  que les huissiers ou les
receveurs ont chaque année sur les paroisses de Périgord. Nous ne savons pas et
ne pouvons pénétrer l’intention du Roy concernant nos assemblées, mais nous
supplions SM de nous imposer ou de faire imposer ce qu’il jugera à propos eu
égard à notre misère. Ns le supplions de croire que ns ne cesserons de prier
Dieu pour la prospérité de SM et toute la famille royale.

Ceux de nous littérés
(sic) avons signé et non les inlittérés (sic) pour ne savoir.

 

9 mars

SIGNATAIRES

Desimon, Laparre, clauzellie, Lamorellie, Salat, Couder,
parinot, Bierges, Aublant, Roubycouder, Daubisse, Simonaublanc, montauriol,
Roumy, Desfieux, Desmaisons juge



03/03/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion