Perigueux: le discours fondateur du Conseil des Communes (4 août1789)

           DEVANT LE CONSEIL DES
COMMUNES : LE DISCOURS FONDATEU DE PIERRE ELEONOR PIPAUD DES GRANGES (4
AOUT 1789)

(Source
registre des délibérations 1)

 

Le 4 août devant les membres du Conseil Permanent des Communes de
Périgord né le 23 aout après avoir lu  une lettre a l’Assemblée Nationale au nom  des représentants des communes du Périgord,Pipaud
prononce ce qu’on peut considérer comme le discours fondateur du Conseil .

 

 

 

 

Depuis l’instant où une Révolution
inattendue ayant réuni toutes les classes de nos citoyens, un seul sentiment,
l’amour de la patrie, un seul objet, le bien public anime et fait mouvoir
immédiatement chaque individu. Nous avons été désignés pour consacrer nos
travaux, nos soins à maintenir la tranquillité, à assurer le repos de nos concitoyens
et de nos frères.

L’impulsion de la joie nous a donné
naissance, un sentiment plus réfléchi, fruit de notre zèle de détruire des alarmes
subitement préparées et dont les causes inspiraient l’effroi et l’épouvante et
de notre application à prévenir des malheurs plus certains et plus funestes
nous ont acquis une confiance qui semble assurer notre consistance.

Une administration libre et par
conséquent économique à laquelle chaque citoyen doit être successivement appelé
et concourir  deviendra le résultat de
nos travaux, vous devez en attendre les plus grands avantages puisque vous
assurez le bonheur public

C’est dans cette idée qu’un de nos
honorables membres, M Bonneau, a proposé que le Conseil fut renouvelé tous les
mois de manière que les 2/3 de ses membres sortants en fussent remplacés par
ceux qui seraient nommés à leur place. Et pour que cette nomination fût l’effet
du vœu unanime, nous avons arrêté que les quartiers s’assembleraient à cette
époque et nommeraient 4 commissaires qui viendraient à l’hôtel de ville élire
les membres destinés à remplacer ceux qui sortiraient.

Quelque sage que soit cet arrêté, je
crois , MM, qu’il devrait être précédé par un autre, je veux dire par celui qui
tendra à vous constituer et à vous donner un fondement légal, résultant d’une
délibération unanime des députés de tous les ordres, corps et arts et métiers
qui forment classes et habitants des villes

Ne craignez pas, MM, que vos
concitoyens méconnaissent les avantages qu’ils doivent attendre de la durée
d’un établissement tel que celui que nous avons commencé. Trop judicieux, trop
éclairés sur leurs vrais intérêts, invités par les exemples de toutes les
grandes villes, ils s’empresseront de le consolider, ils en préserveront les
fonctions, ils édicteront un règlements ils feront l’élection de ceux qu’ils
croiront capables de maintenir la pureté de ses intentions et de faire exécuter
ce qu’elles ce qu’elles édicteront pour notre bonheur commun. La confiance
déterminant alors l’obéissance, vous serez assuré de ne plus trouver d’obstacle
à ce que vous avez à faire pour le bien public

Mais ne perdez jamais de vue qu’une
famille ne peut-être bien unie qu’autant qu’elle jouit également à ses
possessions. Si quelque membre est exclu du partage, cette espère
d’exhérédation détruit l’harmonie qui fait la base de toute société civile. Que
tous les ordres, que tous les états concourent donc 0 nous reconnaître et l’on
ne saurait blâmer une mère qui repousse un enfant auquel elle n’a pas donné le
jour ;

D’après ces considérations, je
requiers , MM que soit délibéré que les ordres corps, communautés corporations
et états qui composent les différentes classes des habitants de la ville seront
invités à s’assembler pour avoir à nommer des députés qui se rendront au jour
dit et au lieu que nous indiquerons à l’effet de consolider le conseil
permanent tous lesdits députés qui en détermineront en même temps la fonction
et le régime et qui procèderont à la nomination de ses membres qui seront pris
dans toutes les classes de citoyens et que pour cet effet, la présente
délibération et votre arrêté à faire en conséquence soient imprimés sans retardement
et un exemplaire d’iceux envoyé à tous les chefs et syndics des ordres, corps
et communautés et classes desdits citoyen,s pour leur faire invitation à
délibérer sur cet objet et à se rendre au vœu du conseil.

 

Décision de convocation à l’hôtel de
ville le vendredi suivant envoyée a chaque syndic ou chef de corps,
communautés, corporation et états. Ils doivent envoyer 2 députés »pour
constituer le Conseil Permanent des Communes de la Ville de Périgueux,
déterminer le nombre de ses membres net procéder à leur élection ainsi que
celle de leur président.

Mise en délibération par mM le Président
si les gentilshommes seraient compris dans sa convocation a été décidé
unanimement par la négative

 

 

Membres présents : Bonneau de
la Jarthe,
Lavès, Lavergne, Gros de  Beller,Gilles
Duroc, Gilles de Lagrange, Foncroze, Chrétien, Renaud Lafaysseix, Séguy, Belin

 

Signatures

Belin, Lafaysseix, Bessot,  Foncroze, Séguy, Gilles Duroc, Chourry de la
vigerie

 

 



03/03/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion