Chronologie: les mouvements paysans de l’hiver 1789-1790

Chronologie : les mouvements paysans de l’hiver 1789-1790

 

 

Date, lieu

Contenu du mouvement

 Référenc

13 novembre, LADOUZE,

Le comte deLadouze fait crier ses rentes à Ladouze. Un nommé Deglane menace le crieur « de le couper en morceaux3que le premier qui frapperait à sa porte pour payer les rentes il le couperait en morceux. Qu’ils étaient 3 ou 4 qui ne voulaient pas qu’on payât les rentes au Sgr deLadouze »

 

28novembre

SALIGNAC-Paulin

Attaque du château de la Faurie (de Bars)

 

6 dec LACROPTE

M^opération. Lestang accompagné de 3 ou 4 Tisou,le fils plus jeune du nommé Petitchien et Jean Montauriol, dt Montauril annoncent qu’ils feront crier par le ^m crieur que le 1° qui paierait les rentes serait pendu »

 

 7 Décembre  Paulin:

Dénociation à la justice des assaillants de la Faurie par de Bars

 

23 décembre : SARLAT

Incarcération des meneurs de l’attaque de Bars dt Faucher et Delbary

 

1+janvier

Menaces sur le château de Cugnac.1°visite de nuit

 

 

 

 

 

 

 

3 janvierLACRPTE-LADOUZE

Le comte fait afficher que ceux qui voulaient payer n’avaient qu’à se présenter, qu’il les recevrait jusqu’au 15 février et que passé ce temps il n’en recevrait plus.

Montauriol : le 1° qui paiera sera attaché au carcan et pendu

^m jour : a adouze, lepr d’office de Lacropte vient publier « certains décrets de l’ass Nle.Les m^soit L, Montauriol père et fils,et le petit chien le lui interdisent

 

 

 

 

 

 

 

6janvier

Saint Léon d’Issigeac : tentative pourconstituer une troupe pour attaquer le château de Cugnac.Echec

 

7 janvier

Cugnac : nouvelle tentative et échec

 

6 janvier, LE CHANGE

A la porte de l’église , le marguillier veut crier la défense des pillages ds les bois du cmte de Beyli.Le nommé Bernard, meunier le lui interdit au motif « qu’il n’y avait plus de contes ni de marquis et que tous étaient égaux ». Une altercation s’en suit entre le meunier et Lamy représentant du comte : la foule s’en mêle au cri de « Tuons-le ».Le cdt dela Gnle,Larue refuse de secourir Lamy en se justifiant « Il n’y a plus de comtes ni de barons, ns n’en voulons plus, nous sommes tous égaux.Il n’y a pas de comte sans comté

B 842, maréchaussée

8 janvier LE CHANGE

Larue, cdt, fait arrêter successivement Bouchier,Sr de la Forge et la Chabroulie pour trouble à l’ordre public.Ils en réfèrent à la maréchaussé. A noterque pipaud est l’avocat de Larue

 

.7 janv :CUGNAC

Dans sa déposition dubal rappelle

1-qu’il n’a rien a dire contre »les habitants des terres dont il est fermier » qui ont payé les rentessans contradiction et st disposés à les payer pour l’avenir

2 dénonce un groupe de »quelques jeunes gens séditieux dont Lafleur charpentier, Disac, ex galérien et 7 autres (tisserand, 1aubergiste) de la paoisse de St Léon qui  après avoir « forcé des jeunes gens à se joindre à eux défendent de payerles rentes ni »à ce qu’aucune espèce de grain ne fut transporté hors de laparoisse.

Le 7 au matin,30 « sont au château armés de gros b ;âtons en frappant au portail très rudement, comme des gens animés à faire des violences ».La plainte est du 18 janvier : elle indique que les menaces contre le cghateau ont continu é et demande l’intervention de la maréchaussée

B842

10 janvier

Cugnac :la  maréchaussée (2 cavalierss)  de nouveau présente

 

12 janv : Ass Nle

Déclaration de Loys/rentes »Tous les paysans refusent de payer les rentes.Ils s’attroupent, font des coalitions des délibérations

 

14 janvier

Attaque des prisons de Sarlat : libération des 3/ incarcération de Dubreuil.4à 5000 personnes issues des paroisses autour de Salignac

 

23 janvier PAYZAc

Les vexations au lieu de diminuer font au contraire

Plainte à l’ass nle : contre la tyrannie des seigneurs

mardi 26 janvier ou lundi 25) VALOJOULX

Les paroisses de V réunie pour planter le mai st rejoints par ceux d’ »Albaret »(la Chapelle Aubareil

 

 

26 janvier

Les troupes de Valojoulx et Sergeac auraient agressé le curé de Saint Léon

 

27 janv : Saint Avit Rivière/monferrand

<mémoire >DELPECH de Ferrières :bancs brûlés dans les 2 paroissses, tocsin, pain et vin. Puis visite chez Delpech  durant les 3 jours du 28, 29 et30

 

28 janvier VALOJOULX

Les « brigands » se transportent chez Masnègre au nombre de 300, le font contribuer, enlèvent son fusil,.Se réfugie à Sarlat. Dans l’affaire du curé de Thonac, un des témoins explique que les attroupés firent demander qu’on leur servent du pain et du vin au château. Ils refusent la proposition de boire a la place au cabaret. La visite au château passe par une fouille et la destruction de volailles

B1688.Maréchaussée de Montignac

B 1688

28 janvier, THONAC 

Le curé se dit agressé par 300 h venant de Valojoulx, Sergeac et St Léon. On boit dans sa cuisine et dans la cave. Il y a altercation avec Tracassou et Brunet. Le curé s’enfuit. Quand il revient ce st les habitants  de Sergeac qui eux boivent calmement. Tentative avortée de brûler les bancs de la chapelle de Losse. Mais un témoin parle de menaces de mort c le curé

B 1688 enquête maréchaussé

28 janvier

Les habitants de St Léon à Plazac

 

29 janvier

Cugnac : attaque du château par 50 hommes .échec

 

29janvier

REQUETE MAR2CHAUSSEC/LES ATTROUPEMENTS

 

29 janvier, THONAC

 

B 1688.Maréchausée Montignac2

29 janvier

Affaire Delpech de Ferrière, a qui l’on vien redemander les armes confisquées par son père. Auparavant »Une troupe de séditieux se rendirent au bourg de st Avit rivière, sonnèrent le tocsin, enlevèrent ts les bancs et chaises de l’église, la balustrade ou fermeture d’une chapelle, son hôtel et le tableau, mirent le tout en morceau et le firent brûlr à la porte de l’église

Cette même troupe qui s’accrut toujours se rendit à Monferrand. Ils sonnèrent comme à Saint Avit le tocsin, brûlèrent les bancs et chaises et se rendirent en tumulte dans le bourg de Monferrand, tous armés de fusils, hâches, pioches et gros bâtons »

Deux habitants visités leur proposent de se rendre sous la halle ou »on leur porterait le pain et le vin qu’ils voulaient

« Vinrent ensuite en tumulte chez le proposant au nombre d’environ 600, firent main basse sur sa volailles, ses meubles et ses effets, burent et mangèrent à discrétion et à profusion, tt ce qui serait indifférent au proposant parce qu’il les a communs avec tous les honnêtes gens et tt est assez public

Episode des armes

 

 

30 janvier,31

Paunac, Limeuil

« il parut tt à coup une insurrection populaire à la tête de laquelle se trouvent Reix et des Ricord « qui se proposaient d’enlever bancs et chaises. On dénonce 100 h armés de fusils, haches , bâtons. Ils détruisent tt y compris « les bancs servant à asseoir les enfants. Mais pb ; des bancs ont été enlevés d’où attaque  des propriétaires avec menaces « bibliques »

ie 31 a Limeuil, ils tentent d’ameuter la population et du cluzeau « dt le père est à limeuil chargé de la recette des rentes tente de négocier sans succès notamment en acceptant de livrer le moulin des rentes « qui avait servi à passer et cribler. On accepte mais il doit prendre la tête du mouvement contre les autres notables. Plantation du mai et banc brûlé

Les désordres se poursuivent jusqu’au 2

B845, plainte à la maréchaussée notamment du Pr d’office

30 janvier

CUGNAC : 7 à 800 brigands attaquent le château. Récit complet de l’attaque. Le seigneur de Cugnac est Galard de Béarn seigneur de Saint Léon, Cugnac, Born, Roquépine et boisse.

 

30 JANV issigeac

Sur la rumeur d’excès commis à Born et St léon (cf description), la troupe étant attendue le lendemain à Boisse, organisation « pour disperser ces gens là avant que leur nb ne les rende inexpugnables »

 

 30 janvier : CENDRIEUX

Sa paroisse « deviendrait la plus terrble du canton si la justice n’y mettait un frein »  Attroupement 50 pers mené par Chantal. Banc brûlé

Plainte du curé B845

31 janv : BOISSE

La milice d’Issigeac et Castillonès donne la chasse aux « insurgents » et les disperse. On en met en prison (nb ?) mais ils sont délivrés par la milice de Cahuzac arrivée après les 2 autres et ss doute mal informée de l’objetde leur détention et « ouvrit la porte de la prison municipale. Action de I et C justifiée par  Journal des séances de l’assemblée

 

30 janvier, B0orn deschamps

Château de Cugnac : nouvelle attaque :50 h et f armés de bâtons conduits par Sourzac chirurgien. Seul le beau père présent. On s’en tient aux menaces

 

31 janvierStLEON

Cette troupe + nb de brigands des paroisses voisines. Mettent à contribution de 300L un avocat

Puis rassemblement danss la foret de Cugnac habitants de St Gerrmain, Born, Clottes, Ste sabine, soit 800

Ils sont conduits par Leymarie, armé d’un fusil «  les autres de toutes espèces d’instruments comme pioches, hâches, faux et autres de cette nature »

Au château demandent les titres et lièves pour les faire brûler. Dubail est absent. Son beau-père lui remet de vieux papiers dont ils ne veulent pas mais »les titres et la live de 1789 »

-Se font remettre 60 tourtes. A la cave percent toutes les barriques de vin « le plus vieux  et le meilleur ». Boivent 4 barriques puis 4 autres qu’ils burent ou firent perdre et en jettent une 9° parce qu’elle n’était pas de leur goût

-Descente de girouttes par un maçon avec dégâts sur la toiture et les girouettes en morceaux

-Se font remettre les clefs de la recette, y brisent les mesures puis utilisent les leurs ¼  ou 1/5 plus grande pour remettre les rentes : en tout partent 260 sacs sur les 400 sans remettre les quittances

-Un tas de bois est fait par Leymarie ds l’intention de brûler le château mais un certain Lafon et une partie de la troupe « qui n’étaient pas aussi malintentionnés »l’en empêche

_a la nuit, unepartie de la troupe continue de festoyer et l’au tre se retire.Les premiers continuent à boire et exigent de l’argent : on leur signe un bon pour 2 quatons de blé (là où ils ont refusé comme insuffisante 4 louis

Maréchaussée

 

La troupe qui vient de Cugnac vient exiger de Lespinasse de l’argent et fouillent la ,maison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31 Janvier : LAdouze

 

B 843

 

Bancs brûlés, litre effacé,poteu coupé et 4arbres appartenant à des nobles sont sciés et vendus au charron .Pour acheter une caisse et un drapeau ont fait contribuer les habitants de gré ou de force

 

30 janv :Cendrieux

M^date environ : banc brûlés à Cendrieux Selon Chantal : »Les bancs furent brûlés  volontairement, sans violence et du consentement même du propriétaire présumé et même du maire a qui on demanda cette permission et ce à l’exemple des autres paroisses qui en avaient fait autant ce sur le bruit qui avait couru qu’on les brûlait ailleurs et sans aucune contribution forcée

 

31 janvier St Gérac, thenon

Attroupement armé de 800. Constat par la maréchaussée après coup. Les habitants parlent de mai de joye et M de St Gérac dit avoir descendu les girouettes donné à boire du vin vieux.

En se retirant Paignon déclare avoir entedu sonner le toscin ds plusieurs paroisses

Paignon entournée

1°Février VARENNES

Bancs brûlés, girouettes descendues

De Valette AN DXXIX

1°Février, LACROPTE

« Après avoir planté leur mai ils se mirent à scier la tête du poteau planté ds la place publique de Lacropté et, en la sciant, Lestang et le petit chien disaient que s’ils tenaient à la place du poteau le col du suppliant, ils le scieraient avec bien plus de plaisir ; Les même proclament le ^m jour leur intention de mettre 2000 hommes sur pied et que « si le suppliant n’avaitpas de pain et de vin il devrait aller en chercher sinon ses affaires iraient mal. Le lendemain ils donnent RV a la paroisse de ST Félix pour se rendre à Ladouze et enlever les titres du suppliant.

B843

 

 

 

 1°février St Mayme

Début de l’équipée Jaunissou .L’équipée dure jusqu’au 6

 

2 FEVRIER : LANQUAIS

Au château, les paysans obligent à la remise de rentes avec leurs propres mesures

 

2 février Ste Alvère

Tous les bancs brûlés, malgré les représentations du curé et celles du régisseur. Celui-ci empêche qu’on ne descende les girouettes avec promesse de faire venir le couvreur…de Libourne

Laborie dela Batut juge de juridiction et cdt de la milice nle

2 février VERGT

Bancs brûlés

 

2 février Cendrieux :

Mai planté avec défense de payer. paroissiens taxés 6ou 12 L mais 300 pour le curé

 

3 Février, Le Verdon

150 avec pistolets et fusils venant de St Agne Attaque du château .Description particulièrement « pittoresque »de l’attitude des paysans

 

3 fev

VEYRINES :plantation de mai »arbre d’une grosseur considérable : pour le mener 2 paires de bœufs. »Planté auprès de la maison du suppliant avec des alentours extraordinaires…On avait affecté d’y attacher un chat et une poule qui st devus 2 charognes capables d’empoisonner le suppliant

Bancs et chaises brûlés sous les ordres du marguillier au nom du comité de Veyrines. Ordre de ne plus payer de rente et menaces

B 845

Plainte de Vigier de la Vigerie

3 Février, SALON

 

 

4 fev, Boulazac, St Laurent

Bruits d’enlèvement de bancs et girouettes. Viennent demander à Bertin un de ses plus arbres pour faire un mai. Les brigadiers tentent de dissuader les habitants : réponse « les autres paroisses le faisaient et ils voulaient le faire

Déclaration cav maréchaussée,B842

4fev Ste Alvère

2 ,3 et4

Le r note un apaisement de la situation après 3 jours de désordre. »ou l’on a commis des meurtres (dans les paroisses voisines).Le prévôt est en tournée pour procédures accompagné de plusieurs brigades et d’un détachement  du Royal Cravatte. Les girouettes descendues dans les formes, le banc de la chapelle brûlé, poteau de justice ou était le carcan arraché, moulin à passer le blé et les mesures des rentes « qu’on a attaché en haut du mai et qui y st encore

 

5 février St Laurent des bâtons

Emotion ce jour là : interrogatoire de jean Lafaye qui a participé contraint et forcé, bu et mangé mais n’a fait de mal à personne

B845

4-5 février St Mayme

Bancs brûlés et mai planté. En fait la veille, un groupe  dirigé par un certain Négroux qui déclare « qu’il n’y avait pas assez de place dans l’église qu’il avait sali sa culotte et ses bas.

En fait le mardi 2 à l’église,Labrousse, commandant de la troupe a lu des décrets de l’assemblée  au sujet des élections et insisté sur ce qu’il ne fallait pas brûler les bancs

 

5 fev SAINT LAURENTdes B

5 ou 4 après l’angélus, tocsin puis rassemblement sur la place, puis mai puis cortégé à travers la commune « armés de fusil pour porter le trouble et mettre à contribution. Le prieur et le commandant de la milice se joignent à la troupe. On va au château ou le sieur  du Cluzeau doit régaler et remettre les rentes de l’année. Le tout danss les sacs. Le cortège se  poursuit, passe chez plusieurs notables, boit et mange et se fait donner une mesure de haricots, puis chez Fressanges : la table est mise mais c’est de l’argent qu’ils veulent : on négocie entre200L et 20 L à 48

 

6 février, Château de Boisse

La troupe de Cugnac +hbts de Born, Ste Radegonde, Cavard et Boisse. Le château appartient au comte de Brassac et du Bal est aussi fermier

Forcent le procureur d’office à les accompagner

Brisent les ‘mesures matrisses »

Distribuent 100 sacs de bl é aux particuliers qui ont payé les rentes. Ils utilisent une mesure »bcp plus forte »que celle du château et refusent de rendre les quittances

Boivent 2 barriques

Vont enfin chez les particuliers visités pour obtenir certificat comme quoi ils étaient d’honnêtes gens

 

7 fev SAVIGNAC les E

« Cet esprit de vertige qui règne parmi quelques paroisses s’est emparé de la troupe. » Il y a dissidence et volonté de brûler les bancs d’une partie de la GN qui n’y parvient pas cf 14 fev

 

 7 fev : La Sauvetat-Douviller

Le dimanche à 8h 7 habitants entrent ds l’église, sonnent le tocsin et sortent  les bancs et chaise de la nef. Idem pour ceux du sanctuaire après la messe .Pendant l’incendie font tinter les cloches. Puis amende de 6L pour ceux qui ont un banc 2 pour une chaise puis donne RV pour 2h distribution du maïs qui est sur l’église « qui leur appartenait , c’était un don de Dieu ».Disent au curé qu’en le faisant oter , il lui faisait plus d’honneur qu’il n’en méritait. Le curé explique qu’il est si mal bati qu’il ne peut loger son blé ds son grenier

 

7 fev, MONTREM : élection mun

A l’issue d’une semaine de tentatives infructueuses, JANISSOU, meunier parvient à faire brûler les bancs. Les propos qu’on lui prête, mais aussi sa « confession «  permettent de dresser le portait d’un « meneur type.C’est aussi une affaire intéressante dans la mesure où elle relate longuement l’opposition entre les deux clans du bourg

B 842

7-8Beauregard-Bassac, Fouleix, St Matin des Combes

-Bancs brûlés au son du tocsin, menaces au curé qui indique que « dans une église, la licence a été telle qu’il a dû retirer le st sacrement, contribution, mais plantés , annonce affranchissement des rentes

château : pain, vin , girouette, contribution

Nouvel attpmement  le 14 avec drapeau rouge          

B 845

7 fev, LAMONZIE

Il se présenta à l’heure de vêpres une troupe de brigands, 40 ou 50, ts habitants cette psse qui entrèrent ds l’église d’un air furieux et sortirent bancs et chaises+la balustrade de la comtesse d’Uzec et du Sgr de Belle garde. Firent brûler le tt

Ensuite contribution « pour se payer de la peine qu’ils venaient de prendre pour une si belle action, une musette les accompagnait pour braver sans doute les personnes qui venaien t de subir pareille perte. Visite à la Comtesse d’Uzech qui satisfait leurs demandes, comme le Sr de Bellegarde

Déclaration de la cne du 24 mars AN D XXIX, 73

7 fev, MONTREM

Le document est une plainte de Jean d’Abzac, Cte de Ladouze et d’Augustin Mandavy, Cr Cour des Aides de Bx.

Ils portent plainte contre dussoulas

1-Il crée le désordre et « se mettre à la tête dela paroisse dès qu’on a chanté la liberté

2- a semé la confusion par son interprétation des décrtes

3-a tenté d’intercepter chez le subd le texte sur les mun qui est parvenu malgé lui le 31

4-le jour des élections a détourné leshab en demandant qu’on nomme d’abord une garde nationale

5- a perturbé par une affiche instltante les élections demandant que soient rayés de la liste les aristocrates

 

8 Février : MONBAZILLAC

L’attaque est menée par la paroisse de colombiers : le vicomte qui n’a que 2 domestique cède et fait descendre avant ses girouettes pdt qu’ils brûlent les bancs

Rejoints par ceux de Monbazillac, ils viennent au château, demande qu’on enlève les machicoulis, le chartrier, journée de travail à 20s. Boient et mangent et se retirent sans pb. Chiffre de 500

Témoignage de Bacalan, vicomte de Monbazillac, DXXIX

10 février :la salvetat :

Plantation du mai pdt laquelle on bat la caisse et sonne la cloche et jouer de la mesette puis se font régaler et font contribuer. Constate que l’église est vide , les trace du feu et l »un arbre nouvellement planté de la grosseur par le bas de 21 pouces de circonférence, de la hauteur au dessus de la surgace de la terre de 21 pieds au haut duquel avons remarqué 2 tours de mesure ou crible, une razoire et une volaille ensemmble une girouette et une petite coye en vin

 

12 fev Belvès

La maréchaussée de Sarlat prêtent main forte pour conduire en prison Neveu et laval accusés d’être chefs d’insurrection

 

12 fev : St Larent des Batons

Plainte pour voie de fait contre un attpmt séditieux qui ne cess de désoler le canton . transport chez fressanges dont la femme reçoit un coup de fusil

 

14 février SAVIGNAC

Nouveaux troubles, proclamation de laloi martiale .Mais les femmes le jour de cendres font tomber le drapeau. Interessant pour vie politique locale

 

16 Fev St Alvère

Une espèce de ronde qu’a fait le prévôt général de la province avec une nbses escorte a fait le plus gd effet ds nos campagnes.Nous ne l’avons pas vu et nous avons encore le mai infâme

Organisation des élections municipales

Je ne crois pas les bgs innocents

Mémoire de La batut, juge(dossier élections)

23 fev Ste Alvère

Le mai sudsiste encore

 

24 février

Supplique des habitants d’agonac à propos de l’affaire virideau signée du curé

 

5-6mars :St JULIEN

Une troupe armée qui n’est autre que la gde nle est entrée ds l’église et brûlé les bancs

Plainte de de Vassal B 1599

2 mars Ste Alvère

Le calme estrevenu, on a presqu’oublié ce qu’on a fait mais je n’ai pas encore obtenu la destruction du mai : tt cela esite encore et dépose c la psse

Grâce àDieu le mal n’a pas été extrême à Ste Alvère (bcp plus grave à Montpezat)

 

8mars Ste ALVERE

Le banc est enlevé.Mais une troupe venue de Ladouze se moque des habitants, les traite de « foutus poltrons, qu’on s’était bien gardé de le faire à ste alvère parce que c’étaient de bons enfants et bien plus frères qu’ici.

Le maire indique que le coupable s’est évadé et qu’il y a un vrai pb lié au caractère séditieux de la psse et à la faiblesse de la gde nationale.

Auttre version de l’événement chez Laborie de Labatut

 

11 mars 1790

LACROPTE

 

 

 

Le pr de la commune se plaint de la tyranie du cdt de la G Nle, Lestang qui lui interdit tte communication avec l’extérieur ss son accord : il s’agissait d’envoyer à Px attestation que le curé avait bien publié ts les décrets

 

 

Mouvements ruraux

    Les échos des mouvements ruraux sont probavblement arrivés à Px le 1°février. C’esCe jour là en effet on décide d’envoyer une lettre à l’assemblée afin qu’elle demande «  a chaque sgr à qui il est dû des rentes de ne pas les exiger sur le pied du prix le plus élevé attendu la cherté des grains et la disette de cette année

    Le 7 février, à l’assemblée générale, le psdt met en délibération « les moyens d’arrêter lesinsurrections  qui existent dans les campagnes.Il a été arrêté que tous les citoyens seraient invités à faire connaître et dénoncer les fautheurs et instigateurs  de troubles et  insurrections.Que tous les citoyens se réuniraient et se joindraient à la GNle pour repousser les insurgents.Qu’on inviterait ttes les paroisses de la campagne à requérie des secours dans le cas où ils se trouveraient livrés aux insurrections

   Le 8 se présentent Jean Charroière, tailleur d’habits,Jean Beylot, labr, thibaud Bonneau, journalier, Jean Cherchouly, habitants de la psse de Savignac, viennent déclarer »que sur une lettre écrite par Mme la marquise de St Astier à M le curé de Savignac les Eglises, on avait tiré les bancs de l’église sans qu’il y ait eu le moindre mvt de la part des gens de la campagne mais qu’il fut tiré de l’église par le juge et ses enfants et que la veuve avait rentré ce banc le lendemain 3 février. Que le jour d’hier à la vérité, les paysans  instruits de la lettre de Mme de St Astier crurent qu’il fallait sortir les bancs, que les bourgeois les menacèrent et que ledt Sieur la gilardie l’aîné tira de fait son fusil qui heureusement ne partit point. que le sr Barbanceys donna un coup de bâton à un paysan.

Que MM Matthet et Devaux, hbts de la m^paroisse ont assuré le fait  avec cette différence que hier le Sr Choiury, agent de Mme de St Astier qui a écrit de la part de cette dernière que c’est le juge slmt ss la participation de personne qui fit en lever les bancs Ajoute  le Sr Mathet médecin que le  Sieur Beauregard de Terrasson lui a dit que le curé de Manzac près de Brive avait déclaré en chère et prônant que les gens de sa paroisse étaient averti d’ôter les girouettes de dessus les maisons que pour leur donner l’exemple, il allait ôter les siennes et leur donner à boire

8 février

Dans la psse de St Pierre es liens on a enlevé une girouette de la maison du Sr Lacoste-Croizet près du pont neuf. Le président écrira au curé et syndic f pour « l’exhorter à faire cesser cet attpmt qui pourrait devenir « disgracieux pour eux et remettre les girouette enlevées

 

 

9 février

Lettre du comte de Fumel qui annonce suspendre  l’envoi des détachements de cavalerie qu’on leur a reporté avoir été demandé pour cette ville.La municipalité et le conseil, ignorant absolument de pareilles démarches qui ne feraient qu’occasionner du désordre dans cette ville où règne une parfaite tranquillité

13 février

On a signé et arrêté une adresse à l’assemblée nationale relativement aux insurrections

 

 

 

 

 

 

 

30 mars Ste Alvère

Ds plusieurs paroisses on a  replanté les mais que la maréchaussée avait fait couper et je sais qu’on fomente ds cette psse le dessein d’en planter un autre. Ces mais sont toujours des signes d’insurrection et la place qu’ils occupent est toujours l’endroit où serallient les mauvais sujets et les mutins.Je n’ai pas insisté sur le rétablissement des girouettes du château et les bancs  de votre chapelle00

Laborie de Labatut

           

 



23/01/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion